Accueil du site En bref > Massacre à Gaza

Massacre à Gaza

Contenu de la page : Massacre à Gaza

Communiqué de Franck DEMAUMONT, maire de Chalette

Ce lundi 14 mai, les soldats israéliens ont ouvert le feu sur des milliers de palestiniens qui manifestaient aux frontières de la bande de Gaza dans le cadre des Marches pour le droit au retour et la commémoration de la Nakba (« la catastrophe »), et contre l’implantation de l’ambassade américaine à Jérusalem, tuant 59 palestiniens et causant plus de 1300 blessés.

C’est un massacre de plus que subit ce peuple, en 70 ans d’occupation et de colonisation par un pays doté d’un gouvernement répressif, extrémiste, qui bafoue toutes les résolutions prises par l’ONU.

Depuis le mois de mars, des rassemblements pour le droit au retour des réfugiés se déroulent dans toute la Palestine, et près d’une centaine de Palestiniens ont trouvé la mort sous les balles israéliennes. Ce qui est en train de se passer est d’une extrême gravité. L’armée israélienne tire sur des civils, des citoyens qui n’ont comme armes que des pierres pour se défendre.

C’est l’ensemble de la communauté internationale qui, en laissant agir le gouvernement israélien en toute impunité par son silence et son inaction, est complice de ce terrible massacre. En prenant la décision provocatrice - et contraire au droit international - de déplacer son ambassade à Jérusalem, les États-Unis portent une grave responsabilité, la situation ne faisant qu’empirer. En France, Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian ont condamné laconiquement les faits, appelant seulement à la "retenue", alors que d’autres pays dans le monde ont dénoncé la tuerie de manière beaucoup plus énergique.

Il y a urgence de mettre un terme à ces tueries, aux humiliations et spoliations qui sont faites quotidiennement au peuple Palestinien, et de reconnaître enfin un Etat palestinien au côté de l’Etat israélien, comme les élus de Chalette l’ont demandé à l’Etat français par un vote unanime lors du conseil municipal du 9 avril dernier.

En ces moments très sombres et très incertains, j’adresse – ainsi que la municipalité - toute ma solidarité à la population palestinienne et exige de la communauté internationale sa protection.

Commentaires

retour en haut de page