Accueil du site Je bouge à Chalette A la Une je bouge > Clémentine Autain ,invitée d’honneur de la Fête de Chalette

Clémentine Autain ,invitée d'honneur de la Fête de Chalette

Contenu de la page : Clémentine Autain ,invitée d’honneur de la Fête de Chalette

Clémentine Autain ,invitée d'honneur de la Fête de Chalette

Militante féministe et politique, auteure de plusieurs ouvrages, Clémentine Autain était l’invitée de la Fête de Chalette 2015. Soixante-dix ans après l’obtention du droit de vote pour et par les femmes, l’ex chroniqueuse de France-Culture a dressé un état des lieux de l’égalité hommes/femmes dans notre pays.

"Si cette égalité hommes /femmes existe dans les lois, dans les faits elle est pratiquement invisible". C’est par ces mots, que Clémentine Autain a introduit sa conférence. Elle devait rappeler ensuite que si les jeunes femmes de vingt ans n’ont pas idée des avancées qui se sont produites avant leur naissance, pour leurs mères et grand-mères ce fut une révolution, même si pour les féministes ces avancées ont été et restent trop lentes.

Clémentine Autain a poursuivi son propos en rappelant que si le mouvement féministe qui a émergé à la fin des années 60 , a eu des précurseurs , des femmes évidemment mais aussi quelques hommes elle a aussi souligné combien l’histoire des femmes est récente. L’anti féminisme étant aussi vieux que le féminisme. Pour exemple , au Panthéon il y a 87 « grands » hommes, seulement 4 femmes, alors qu’à travers l’histoire les femmes ont toujours joué un rôle important. Aux hommes la sphère publique, aux femmes la sphère privée ! Pourtant des femmes ont écrit ou sont à l’origine d’une part de notre histoire. On peut citer Olympe de Gouge avec sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, ou bien encore Jeanne Deroin, Madeleine Pelletier, Hubertine Auclert…..

Pour cette militante qu’est Clémentine Autain, le féminisme est le contraire d’un dogme ou d’une pensée figée. C’est une pensée qui englobe beaucoup de courants.

C’est l’esprit des Lumières qui permet de faire émerger l’ idée que l’égalité hommes / femmes est possible. Le féminisme quant à lui se développe à partir de la III ème République. Des journaux édités alors par centaines de milliers d’exemplaires demandent le droit de vote pour les femmes ; Madeleine Pelletier se battra quant à elle contre l’avortement clandestin.

Restant sur ce sujet, Clémentine Autain évoquera bien évidemment Simone Veil. Elle rappellera toutefois, tout en soulignant le courage et la ténacité de cette femme politique, que si cette loi est venue en débat et a pu être votée, c’est grâce aux mouvements et aux luttes des femmes, « au bazar qu’il y avait dans les rues ».

Abordant l’actualité elle a démontré combien il est encore et toujours nécessaire de se battre pour l’émancipation des femmes. Que ce soit en politique, au travail, ou dans la sphère privée. Elle abordera ainsi des questions telles que , comment faire pour avoir une vie « sympa » avec un enfant, l’allaitement, le manque de structures d’accueil de la petite enfance, comment créer les conditions d’une maternité heureuse ou bien encore la question du port du voile qui pour notre conférencière est très complexe, posant la question en ces termes : entre la femme voilée et celle qui ne l’est pas, laquelle est la plus opprimée ? Une femme non voilée ne peut-elle pas être opprimée ? Vaste et compliqué débat en effet !

Puis, la militante féminine et politique n’en faisant qu’une, Clémentine Autain a conclu son intervention en affirmant haut et fort que le libéralisme est un « extraordinaire » frein à l’égalité hommes/femmes. Pour elle, il y a un manque de volonté gouvernementale que ce soit pour donner les moyens nécessaires à la formation des enseignants et des policiers ou pour créer les conditions à l’autonomie des femmes. Il y a une nécessité impérieuse de partage, d’organisation de la société, de se pencher sur des sujets de société tel celui de la retraite des femmes pour ne citer que cet exemple. Pour cette intellectuelle de terrain, il convient de rejeter les politiques libérales et de garder un peu d’utopie ; et de citer cet auteur italien , Erri de Luca : « l’utopie ce n’est pas un point d’arrivée c’est le point de départ ».

S’en est suivi un débat au cours duquel les questions de la qualification des femmes, du rôle de l’école, de la place et des luttes des femmes dans l’histoire, du développement industriel, de la régression des idéaux féministes chez les jeunes filles, du mouvement des Femen ont été abordées.

Clémentine Autain s’est ensuite adonnée avec un certain plaisir à la dédicace de deux de ses ouvrages : Ne me libère pas je m’en charge chez Librio Idées et Nous avons raison d’espérer chez Flammarion, n’hésitant pas à échanger avec ses lectrices et lecteurs.

Portfolio

Clémentine Autain au micro de C2L dans le Mag de William Clémentine Autain avec Michèle Chabrol, de Femmes solidaires Clémentine Autain lors de sa conférence entourée par Christine Lander et (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5 |>

juin 2015
JPEG - 456.3 ko
Télécharger
le dernier ouvrage de Clémentine Autain
juin 2015
JPEG - 672.3 ko
Télécharger
juin 2015
JPEG - 407 ko
Télécharger
juin 2015
JPEG - 380.3 ko
Télécharger
Alors que Clémentine dédicace ses ouvrages, le maire Franck Demaumont lui dédicace le livre de Madame Pasquet sur Chalette
juin 2015
JPEG - 536.8 ko
Télécharger
juin 2015
JPEG - 545.6 ko
Télécharger
juin 2015
JPEG - 536.8 ko
Télécharger
juin 2015
JPEG - 483.2 ko
Télécharger

1 | 2 | 3 | 4 |>

Commentaires

retour en haut de page