Accueil du site En bref > COMMUNIQUE DU MAIRE DE CHALETTE SUR LOING

COMMUNIQUE DU MAIRE DE CHALETTE SUR LOING

Contenu de la page : COMMUNIQUE DU MAIRE DE CHALETTE SUR LOING

HUTCHINSON : REUNION EN PREFECTURE

J’ai participé ce jour à une réunion à la Préfecture de Région, à Orléans, présidée par le Préfet, en présence de J.Pierre Sueur, Sénateur, J.Pierre Door, Député, François Bonneau, Président du Conseil Régional, M. Piettre, Directeur du site d’Hutchinson à Chalette, des services de la Préfecture, et M. Maigné, PDG du Groupe Hutchinson (en audioconférence).

Ce dernier a fait part de la situation de l’industrie automobile en France, de la crise structurelle à laquelle est confronté ce secteur, aggravée par la crise sanitaire actuelle. Il met en avant la concurrence exacerbée au niveau mondial et le coût de la main d’œuvre en France pour expliquer la stratégie de mondialisation de Hutchinson depuis 30 ans.

Je suis intervenu pour rappeler les discussions de la cellule de veille économique que j’ai réunie au mois de juin en présence de l’ensemble des organisations syndicales représentant les cadres et ouvriers de l’usine de Chalette et j’ai porté dans le débat les propositions suivantes, partagées par l’ensemble des organisations syndicales de Chalette et des élus de Gauche :

- 1) L’exigence d’un MORATOIRE sur la suppression de postes et le plan de départs volontaires que d’aucuns jugent précipités et donc prématurés, ne tenant pas compte du plan de relance économique annoncé par le Gouvernement pour l’industrie automobile et aéronautique représentant l’ensemble du chiffre d’affaires d’Hutchinson. Notre territoire ne saurait supporter une nouvelle saignée d’emplois. Il est déjà lourdement impacté par la crise économique et sociale et, dans le même temps, TOTAL refuse que HUTCHINSON mette en place le chômage partiel afin de verser les dividendes aux actionnaires.D’autant qu’il n’est pas tenu compte de la reprise de l’activité économique se dessinant en Chine et dans quelques pays du monde. D’ailleurs, à Chalette, des intérimaires viennent d’être embauchés -alors que Hutchinson annonçait zéro intérimaire à fin juillet- et la mise en place des équipes travaillant le weekend a repris.

- 2) J’ai porté l’idée d’une RELOCALISATION de productions à Chalette par l’apport de chiffre d’affaires d’autres usines du groupe et d’une DIVERSIFICATION des activités industrielles à Chalette afin de maintenir l’emploi.Je demande que l’Etat, en discussion avec l’entreprise, les organisations syndicales et les collectivités territoriales, crée les conditions pour permettre à l’usine de relocaliser et diversifier ces productions. L’objectif est la création de 500 emplois sur 3 ou 4 ans à Chalette.

- 3) Je défends l’idée d’un vaste plan de FORMATION, notamment en direction des ouvriers leur permettant de monter en compétences par des qualifications professionnalisantes. Il faut que HUTCHINSON prépare ses collaborateurs aux métiers de l’avenir.Le PDG de HUTCHINSON, pointant du doigt le coût du travail en France, décrète que parler de relocalisation tient du « rêve ». Il est plus que jamais nécessaire que les organisations syndicales pèsent de tout leur poids afin d’infléchir ce plan néfaste de la direction du groupe.

En conclusion : L’Etat (gouvernement et préfet) doit exiger que TOTAL, unique actionnaire de HUTCHINSON, crée les conditions de la mise en œuvre de ce plan de développement sur Chalette, permettant la création de ces 500 emplois et la mise en place du plan de formation.

C’est dans cet objectif que j’ai demandé, avec les élus et parlementaires présents, un rendez-vous au ministère de l’Industrie avant la fin du mois de juillet.

Franck DEMAUMONT

Commentaires

retour en haut de page